Valoriser la flexibilité et l’effacement électrique

10 Août 2020 | Ingénierie financière et investissements

Valoriser la consommation énergétique

La flexibilité de consommation électrique correspond à la capacité des entreprises industrielles ou tertiaires d’adapter leur consommation électrique en fonction de la sollicitation d’un tiers, à la baisse comme à la hausse :

  • Flexibilité à la baisse (effacement de consommation) : arrêter le fonctionnement d’équipements et abaisser sa consommation électrique en cas de pointe de consommation ou de pénurie de production.
  • Flexibilité à la hausse : démarrer le fonctionnement d’équipements et augmenter sa consommation afin d’absorber l’électricité d’origine renouvelable en surplus.

Si vous possédez une puissance d’installation supérieure à 1 MW, vous pouvez vous faire certifier seul ou rejoindre d’autres capacités de production. Dans le cas où vous possédez une puissance d’installation inférieure à 1 MW, vous devez nécessairement vous agréger avec d’autres capacités de production afin d’atteindre les 1 MW.

 

Il existe deux manières pour valoriser sa production :

  • Les obligations d’achat : l’entreprise productrice dispose d’’un contrat conclu avec EDF Obligation Achat. C’est donc EDF qui s’occupe de réaliser l’ensemble des démarches de certification et de valorisation. Les sites en obligation d’achats ne peuvent pas participer aux mécanismes de marché.
  • Les sites en autoconsommation : le producteur conclu un contrat d’accès au réseau de distribution directement avec Enedis. Il peut faire certifier sa capacité de production lui-même ou via une entreprise mandatée.

Les sources de flexibilité en entreprise

Des gisements dans les processus de fabrication

Différents gisements de flexibilité existent dans une entreprise, sans pour autant nuire au processus de fabrication d’un produit. Il faut donc en premier lieu identifier ces gisements à travers une étude de fonctionnement du site et des postes de consommation. En analysant le procédé de production, on obtient une vue globale de l’organisation permettant d’établir les pistes envisageables. Des équipements industriels peuvent par exemple être arrêtés et démarrés suivant la demande, sans compromettre le processus industriel, améliorant ainsi la flexibilité de l’entreprise.

Les moyens de productions d’énergie

Une autre manière de rendre une entreprise flexible est d’avoir des moyens de production d’énergie. Des générateurs diesels peuvent par exemple prendre le relai dans le cas de pic de consommation. De même, des installations photovoltaïques permettent de moins s’approvisionner par le réseau en consommant sa propre production par exemple. Il est également possible de revendre cette énergie en la réinjectant sur le réseau public.

Les effacements de consommation

Par quel mécanisme valoriser ses capacités d’effacement ?

Il existe différents mécanismes courts-termes gérés par RTE (Réseau de transport d’électricité). Le mécanisme d’ajustement adapte les déséquilibres court-terme. Les réserves rapides et complémentaires assurent la disponibilité de capacités en situation de fort déséquilibre, les prix pour 2020 sont respectivement de 5600 €/MW et 3900 €/MW. L’interruptibilité concerne les capacités d’effacement supérieures à 40 MW, où la consommation peut être asservie en moins de 5 secondes. Enfin, RTE réalise annuellement des appels d’offres d’effacement.

Au-delà de ces mécanismes gérés par RTE, il en existe deux autres. Le premier est le mécanisme NEBEF (Notification d’échanges de blocs d’effacement) : des opérateurs d’effacement agréés échangent sur le marché de l’électricité des blocs d’effacements correspondant à la quantité d’électricité n’ayant pas été consommée.

Les fournisseurs d’électricité ont pour obligation d’obtenir des garanties de capacité. Après certification des capacités d’effacement auprès d’Enedis, vous pouvez revendre ces garanties sur le marché des capacités. La moyenne des enchères pour l’année 2020 a été d’environ 19 500 €/MW.

 

 Les appels d’offres d’effacement

L’appel d’offres d’effacement (AOE) a été instauré pour contribuer à atteindre les objectifs de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Pour chaque appel, les candidats gardés sont déterminés par le ministère de la transition écologique et solidaire. Ils obtiennent alors un contrat avec RTE rémunérant leurs capacités d’effacement.

La rémunération obtenue après l’AOE est complémentaire à celle du mécanisme de capacité (ou de celle issue du marché des réserves rapide et complémentaire). La rémunération maximale autorisée a doublé pour 2021, atteignant 60 000 €/MW. La rémunération totale (capacité et AOE) est restée proche des années précédentes. Toutefois, l’évolution croissante du prix de capacité depuis 2018 a mené la rémunération AOE à diminuer.

Le volume d’effacement gardé par RTE l’année 2020 est de 770 MW. Il est en légère hausse par rapport aux volumes des années précédentes (733 et 590 MW en 2018 et 2019). A noter que la Commission européenne a interdit les effacements « gris » (diesels) à candidater. Ceci a ainsi rendu les effacements entièrement « verts » pour l’année 2020 (contre plus de 50% en 2018).

Partagez sur les réseaux :